Environs de Larnod – Chaugey

Environs de Larnod – Chaugey

08/08/17 – 80 km

La nuit fut une nouvelle fois orageuse. Décidément, nous aurons eu une nuit peu reposante.
Nous mangeons sous la tente, et la plions sous la pluie. Heureusement, nous faisons assez vite pour ne pas mouiller la chambre. Nous commençons donc à rouler sous la pluie ce matin.

Pourtant, nous sommes à peine partis que la pluie s'arrête. Nous retirons donc nos capes de pluies.
Moins de 5 mn plus tard, la pluie reprend de nouveau. En fait, nous passerons une bonne partie de la journée à mettre et retirer les vêtements de pluie.

Peu de temps après, c'est la chaîne de Vincent qui fait encore des siennes : un maillon est en train de se faire la malle. La réparation ne prendra que deux minutes, sous la pluie, toujours, sinon ce n'est pas drôle !

Plus tard, c'est un orage qui s'abat sur nous et nous oblige à nous abriter le temps que ça passe. cela tombe bien, nous passions justement à côté d'une halte fluviale le long du canal. Le gardien nous informe même que des douches chaudes sont disponibles gratuitement ! Sanitaires, douches, table et abri : si nous avions trouvé ce coin hier soir, sûr que nous y aurions passé la nuit ! À défaut, nous causons avec le gardien que nous impressionnons avec le récit de notre épopée.

L'orage est passé, nous reprenons la route. Peu avant midi l'itinéraire nous fait passer par une départementale peu fréquentée certes mais sans aucun aménagement cyclable. Nous nous prenons à y rêver de chaucidous (plus d'infos) tels que croisés en Suisse ou en Allemagne.

L'heure de trouver un coin abrité de la pluie pour manger est arrivée. Nous nous apprêtons à chercher un abri couvert dans le village que nous traversons et là surprise, nous reconnaissons le vélo de Jean-Pierre le bordelais, stationné devant un restaurant ! Nous l'avions rencontré à notre arrivée en France, (souvenez-vous). Ni une, ni deux, nous nous joignons à lui pour un repas savoureux.

Nous arrivons à Dole de bonne heure, il n'est pas encore 15h.

Cela nous laisse le temps de visiter rapidement la ville, qui fut longtemps la capitale de la Comté, à l'aide du circuit du chat perché. Pourquoi ce nom? Parce que c'est un clin d'œil à Marcel Aymé, l'auteur des contes du chat perché, qui a passé son enfance à Dôle tout Comme Louis Pasteur.


Vue derrière la maison de louis Pasteur.

La ville, perchée sur une corniche calcaire bordée au sud par le Doubs, s'est développée au 13eme siècle le long de l'antique voie romaine Chalon-Besançon.

La ville abrite de nombreux bâtiments renaissances. Nous admirons entre autres l'ancien hôtel-Dieu du 17ème siècle, magnifiquement converti en médiathèque au début des années 2000.

La collégiale Notre-Dame nous procure un abri le temps qu'un orage passe. Bâtie au 16è siècle, elle a des allures de cathédrale, ce qu'elle ne fut pourtant jamais.

Enfin le soleil est de retour ! Nous en profitons pour avancer si bien que nous ne voyons pas les kilomètres défiler. Ce soir nous dormons à Chaugey où nous avons trouvé un chouette coin au calme pour planter la tente.


Une réaction au sujet de « Environs de Larnod – Chaugey »

  1. Merci Pauline et Vincent pour vos récits à la plume alerte. Un coup d’œil sur votre blog superbement illustré et me voici en voyage 🙂
    J’ai l’impression, qu’à Niort, vous allez susciter des vocations!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *