Chaugey – Givry

Chaugey – Givry

09/08/17 – 77 km

La nuit fut calme : ni bruit, ni pluie, aucun soucis. Nous voilà bien reposés. Nous partons de bonne heure via la véloroute. Que c'est monotone dans la plaine.
Ni bruit, ni pluie.

Heureusement, en cherchant un point d'eau, nous croisons un gentil agriculteur qui nous confirme que nous trouverons notre bonheur au cimetière du village. Habitant au bord de la vélo route, il réfléchit à aménager sommairement une partie de son terrain pour accueillir des cyclotouristes. Nous l'encourageons dans son projet et resterons à papoter avec lui un bon quart d'heure avant qu'un de ses salariés l'appelle. Peu de temps après, nous tombons sur une route barrée. Les employés, qui ont sans doute fermé la route depuis peu ne semblaient pas avoir connaissance du passage de la véloroute. Nous ne sommes sans doute pas les premiers cyclistes à se faire piéger ce matin, les employés s'apprêtent à flécher une déviation cyclable à coup de peinture au sol. Déviation qui nous fera passer par un passage enherbé mal dégrossi. Rien à voir avec les déviations cyclables trouvées à l'étranger où le passage cyclable est pensé en amont des travaux, balisé et VRAIMENT cyclable !

Nous voici maintenant à Verdun sur le Doubs. Il est tout juste 11h et nous avons faim. Nous nous posons sur un banc pour pique-niquer. Pour le dessert, nous dégustons un croissant fraîchement acheté : le feuilletage est fait-maison, et ça se sent.
C'était notre premier croissant au beurre depuis notre retour en France : quel bonheur de retrouver ce bon goût de beurre ! Et ce feuilletage, mmmh un pur délice !

Bref, nous n'avons pas fait que manger, nous avons aussi fait brièvement un petit tour du village ! Verdun donc, a beaucoup souffert au cours de son histoire. Était-ce dû à sa position stratégique, au confluent du Doubs et de la Saône ? Peut-être. En tout cas le village a subi de nombreux désagréments au cours de son histoire : guerres, incendies, inondations, etc.
Pourtant, il conserve encore aujourd'hui quelques monuments qui se laissent apprécier par le visiteur qui sait prendre le temps de sortir des sentiers battus.

Une fois partis de Verdun, nous devons nous rendre en direction de Chalon-sur-Saône. L'itinéraire de la vélo route nous semble faire beaucoup de détours le long de la Saône. Nous décidons de prendre de petites routes pour gagner quelques kilomètres. Dommage, le paysage n'est pas plus intéressant : nous roulons toujours au milieu d'une grande plaine céréalière balayée par un petit vent d'ouest.

Nous arrivons à Chalon en début d'après-midi (normal, nous avons mangé tôt) et en profitons pour faire un petit tour à la laverie. Nos vêtements sentent drôlement bon maintenant !

Nous visitons ensuite la ville, le nez en l'air pour admirer le bâti, tout en gardant un œil par terre pour suivre le fléchage, et un autre œil sur les enseignes pour acheter des produits locaux pour nos repas.

L'itinéraire se fait bien, même avec nos vélos : c'est agréable et ça nous change de Dole où nous avions tout le circuit en empruntant des sens interdits…
De plus, le centre-ville est piéton et presque vide de stationnements voitures, ce qui aide à mieux apprécier la ville.

Chalon, c'est tout d'abord la ville de naissance de Nicéphore Niépce, l'inventeur de la photographie.
Mais c'est aussi un centre historique anciennement ceint de murailles avec de belles demeures.
Nous admirons entre autre :

  • la rue Saint-Vincent et son beau Saint.

  • la place Saint-Vincent et ses belles maisons à pans de bois.
  • la cathédrale Saint-Vincent et sa belle tapisserie, don d'une famille de notables de la ville.

En arpentant les rues, nous découvrons de jolis coins tels que ce beau trompe l'Oeil représentant Molière.

Ou encore ce petit passage couvert très coloré.

Bon, par contre, nous n'avons toujours pas compris le principe des pistes vélo avec un panneau indiquant «promenade cyclable – piéton prioritaire». Si quelqu'un peut nous éclairer…

Nous avons maintenant quitté la ville et temporairement l'eurovélo 6 pour descendre en direction de Cluny. Un grand champ proche de la voie verte nous sert ce soir de lieu de bivouac. Nous avons réussi à planter la tente avant la petite averse, la première de la journée.


Une réaction au sujet de « Chaugey – Givry »

  1. Explication pour la « promenade cyclable-priorité aux piétons » : cyclable, càd autorisée aux cyclistes, mais les piétons restent prioritaires ; alors que la piste cycliste est réservée aux seuls deux roues !
    merci pour le partage et bonne route. Bises du Nord…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *